Avertir le modérateur

dimanche, 24 novembre 2013

Les USA dans cette affaire jouent un peu « les Ponce Pilate » dans ce problème de nucléaire iranien tout en étant bien sur l’allié des autres pays onusiens

article_c559d984f21e079c8ea2f5863fad4c1cd5295ec2.jpg


Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius à son arrivée à Genève, le 23 novembre 2013

Nucléaire iranien: Des négociations «très difficiles»

DIPLOMATIE - Les ministres des Affaires étrangères de l'Iran et du groupe «5+1» sont à nouveau réunis à Genève...

«Les négociations sont entrées dans une phase très difficile», a estimé le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. «Nous nous opposerons à toute demande excessive», a-t-il dit. «L'enrichissement d'uranium doit faire partie de tout accord. (...) Nous assurons la population que l'enrichissement ne s'arrêtera jamais», a-t-il ajouté, évoquant un des principaux points de contentieux entre les deux parties.

«Nous ne sommes pas là parce que les choses sont terminées»

«Elles restent des négociations très difficiles. Il est important de souligner que nous ne sommes pas là parce que les choses sont terminées», a pour sa part souligné le chef de la diplomatie britannique William Hague avant de s'engager immédiatement dans des discussions avec ses homologues français et allemand. On soulignait de source diplomatique européenne la communauté de vue entre Britanniques, Allemands et Français.

William Hague s'est retrouvé avec le Français Laurent Fabius et l'Allemand Guido Westerwelle pour faire le point sur l'état de cette négociation engagée depuis mercredi à Genève entre l'Iran et les 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). «Nous ne conclurons un accord, les six pays concernés, que si nous pensons que c'est un accord vraiment utile qui traite des problèmes soulevés par le programme nucléaire iranien», a prévenu Hague.

Renvoyant à l'historique de cette confrontation depuis plus de dix ans entre l'Iran et la communauté internationale le diplomate britannique a rappelé: «on se souvient de l'histoire, à quel point ce programme a été caché et a défié les accords internationaux». «Il est très important que l'accord soit (...) détaillé et global» et «que le monde entier puisse avoir confiance dans le fait qu'il va marcher et qu'il sera respecté», a poursuivi William Hague.

«Il y a encore beaucoup de travail»

Les USA se désengagent du proche et moyen orient, car ils n'y trouvent plus d’intérêt, chez eux, il n'y a que le profit qui compte !

Je crois que la France soit ferme est une bonne chose, car il n'est jamais bon de donner la possibilité à des ayatollahs belliqueux, fous de dieu excités d'imposer leurs lois d'un autre âge, même entre musulmans à l'aide de bombe atomique!

(Car il y a aussi de très forts désaccords entre chiites et sunnites dans les pays de la région) en laissant l'Iran menacer à l'aide de l'arme nucléaire ces pays voisins, car elle a déjà les missiles pour le faire !

Et des guerres peuvent s’installer dans cette région instable, pas seulement avec Israël d'ailleurs!

15:29 Publié dans INTERNATIONAL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu