Avertir le modérateur

lundi, 25 octobre 2010

AUCUN GOUVERNEMENT DROITE OU GAUCHE N’A SUT FAIRE AUTREMENT (manque d’imgination…)

article_2510-FRA10-SAPIN.jpg

Michel Sapin, ex-ministre de l'Economie.

Michel Sapin: «De droite ou de gauche, il faudra augmenter les impôts»

C'est l'avis du secrétaire national du PS à l'Economie...

La France est-elle injuste en matière d'impôts?

Sans aucun doute !

Le PS augmentera-t-il les impôts s'il est élu en 2012?

Sans aucun doute !

Quelles seraient leurs priorités?
Remettre en cause les décisions récentes qui ont, pour la plupart, bénéficié aux plus grosses fortunes. Le bouclier fiscal en tête, qui n'a pas démontré son efficacité économique. Les niches fiscales, elles, sont devenues une industrie, avec un seul objectif : réduire les impôts de ceux qui en paient beaucoup.

Le PS n'est pas jugé crédible pour entreprendre une grande réforme...

(Peut être..?)

Mr SAPIN ne prends pas beaucoup de risque en disant cela :

N.SARKOZY va peut être ("bien qu'il n'ait pas plus de paroles qu'une fille de joie") ne pas augmenter les impôts d'ici 2012 (pour essayer de tenir une de ses promesses électoralistes),mais s'il est réélu en 2012, il le fera en disant qu'il ne pouvait faire autrement bien sur !

Quant à la gauche,PS AND C° ils ne s'en sont pas cachés,en disant bien sur que c'est la faute de ses prédécesseurs, s'ils sont élus et qu'il faut combler les déficits

En tous cas au final c'est toujours les mêmes qui paieront, le bon peuple citron que l'on presse !

Le reste c'est du bla-bla...

15:20 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impots

AVEC 29% DE SATISFACTION DES FRANÇAIS N.SARKOZY PEUT BIEN DIRE CE QU’IL VEUT…

article_impots.jpg

Les Français veulent plus de justice fiscale

Un sondage Obea/Infraforces pour «20 Minutes» et France Info sur la hausse des impôts...

Les Français ne sont pas dupes. Le gouvernement a beau marteler qu'il n'augmentera pas les impôts, les contribuables sont persuadés qu'une hausse des prélèvements est inévitable dans les prochains mois. Une belle occasion de réformer la fiscalité nationale. Car les Français réclament un système des impôts plus simple, et surtout plus juste, qui taxerait davantage les plus aisés, mais protégerait aussi les entreprises

Je me permets de rectifier et commenter le titre de cet article :

("Les Français veulent plus de justice fiscale")

NON ! ILS VEULENT "UNE" JUSTICE FISCALE !

(Cela n'a pas vraiment existé sous la 5eme république quelque soit les gouvernements gauche ou droite)

Cet à dire égalitaire en fonction des revenus salariés et autres et fortune de chacun (sans passe droit ou niches diverses inconcevables ! Et toujours plus nombreux)

Ils veulent une remise à plat de notre fiscalité !

Par exemple regardez pour cette réforme des retraites qui passe si mal, c'est bien cette notion d'injustice et d'inégalité qui ressort :

Aujourd'hui 100 régimes de retraite obligatoires principaux, gérés par plus de 400 caisses distinctes.

Donc si nous voulons sortir de se marasme de cette 5eme république vieillissante anachronique d'après guerre, c'est notre constitution et nos institutions qu'il faut réformer mais pas à la Sarkozienne !

Avec des hommes et des femmes compétentes qui raisonnerons par le peuple et pour le peuple qui lui dans sa globalité peut redresser la France (et non pas quelques poignées de bobos nantis qui ne pensent qu'a eux avant tout )

C'est un gros travail en 1958 C.de GAULLE l'avait fait,mais maintenant il faut le refaire en le modernisant,c'est possible et le Président qui le fera (s'il existe sera un grand homme comme lui)

Mais pour cela il faut que les Français le trouve ? De loin le plus compliqué…

N.SARKOZY n'a fait qu’aggraver le problème,il avait la confiance d'une majorité de Français, il a gâché celle-ci,admettons le !

5 ans de perdu et peut être (10) hélas ! Si il est réélu…

14:30 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impots

UN PROVOCATEUR PAS SI DECRIÉ QUE CELA !

article_freche.jpg

Georges Freche pose devant une statue de Lénine, à Montpellier, mercredi 18 août 2010.

Georges Frêche est mort dimanche

Le président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon avait 72 ans...

Le président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon Georges Frêche est décédé dimanche à l'hôtel de région. Selon le sénateur Robert Navarro, il est décédé d'un arrêt cardiaque. Le Samu a été alerté vers 17h50. Il est décédé à 18h45

Je pense que les Montpellierens le regretteront,il a fait beaucoup pour eux et sa région !

Il a été une épine dans le pied du PS et un empêcheur de tourner en rond pour la droite,je crois qu'il représentait bien le caractère trempé de cette belle région

Et son principal défaut qui contrariait surtout les politiciens qui se croient souvent vertueux et moralisateurs,était d'appeler un « chat un chat » dans des termes excessifs

Cet homme n'aurait surement pas put faire un chef d'état ou de gouvernement du fait de son manque de diplomatie et que notre société moderne est pétrie de faux fuyants,mensonges et basses politique etc...

Ce genre de personnage "grande gueule ou poil à gratter" n'est pas inutile, même s'il déplait aux bien pensants hypocrites

Car il n'a pas fait que parler (comme certains que l'on connait bien) il a agit, même si ce n'est qu'au niveau de sa région en se démarquant des soit disant élites des centrales Parisiennes de partis de gauche comme de droite

Il dérangeait peut être certains, mais quand on voit l'aura qu'il avait dans sa région,cela change beaucoup par rapport à ceux qui parlent et qui ne font rien dont nous sommes souvent lotis

(En France donneuse de leçon de morale, dire ce que l'on pense est mal vu surtout quand on n'y met pas de forme)

14:26 Publié dans FAIT DIVERS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politicien

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu