Avertir le modérateur

dimanche, 05 juin 2011

LE FANTÔME NUCLÉAIRE N’EST PAS PRÉS DE DISPARAÎTRE DU JOUR AU LENDEMAIN…

article_CPS.HLR71.231007152754.photo00.photo.default-512x227.jpg

La centrale nucléaire de Cattenom dans l'est de la France

Selon un sondage, ils souhaitent un arrêt progressif «sur 25 ou 30 ans»...

Plus de six Français sur dix (62%) souhaitent un arrêt progressif «sur 25 ou 30 ans» du programme nucléaire national et de ses centrales, selon un sondage publié dans le Journal du dimanche. Selon cette enquête de l'Ifop réalisée après la décision de l'Allemagne d'abandonner l'énergie nucléaire dès 2022, 15% se prononcent pour un arrêt rapide du programme nucléaire français et 22% sont au contraire favorables à sa poursuite et à la construction de nouvelles centrales. 1% ne se prononce pas.

Une majorité de 55% ne ressent cependant pas d'inquiétude à l'égard des centrales nucléaires françaises, contre 45% qui se disent inquiets. La décision allemande de quitter le nucléaire a relancé le débat en France, où le gouvernement s'oppose à cette mesure, face à des socialistes divisés et sous pression de leurs partenaires écologistes, qui font d'un adieu à l'atome le préalable à tout accord électoral.

62% des Français souhaitent un arrêt progressif du nucléaire

MAIS CROYEZ VOUS QUE L’ON NOUS DEMANDERA NOTRE AVIS ?

Ceci étant c'est possible de sortir du tout nucléaire ? Mais il faut absolument trouver des énergies de remplacement et surtout que les écolos extrémistes ne bloquent pas systématiquement le développement de celles-ci pour des raisons fumeuses dont ils ont le secret

Une diminution progressive est possible, mais dans trente ans quelqu'un peut-il prédire si nous exploiterons pas de nouvelles énergies, l'homme à une science inventive, regardez les changements faits depuis les années 1950 alors que nous étions producteur important de charbon, le nucléaire intensif ne date que des années 1970 pour contrecarrer le pétrole (si précieux ) dont on hésite à remplacer du fait de lobbies si puissants et par le développement timide de véhicules non polluants électrique ou autres

Ne rêvons pas, c'est la politique financière et le profit qui dirige le monde et sûrement pas les écolos et si les grands de ce monde décident de garder le nucléaire voir de l'intensifier, ce ne sera que pour des questions de profit et de puissance ou de politique électorale (exemple A.MERKEL qui retourne sa veste au gré des élections)

La politique à long terme sur l'énergie n'est à l'heure actuelle que de la politique fiction qui sert aux vues électorales des différents partis politique jusqu'en 2012 pour la France rien d'autre (les élections passées cela changera et n'aura peut être rien à voir avec les promesses des candidats)

17:45 Publié dans ENERGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaires

jeudi, 05 mai 2011

UNE LOI POUR SATISFAIRE LES ÉCOLOGISTES PEUT ÊTRE ?...

article_schiste.jpg

Des opposants aux explorations de gaz de schiste, à Meaux, le 17 avril 2010

La proposition de loi UMP contre les gaz de schiste adoptée à l'Assemblée

La proposition de loi, qui fait l'objet d'une procédure d'urgence, vise la technique de fracturation hydraulique employée pour exploiter les gaz et les huiles de schiste...

La proposition de loi de Christian Jacob (UMP) visant à interdire l'exploration et l'exploitation «d'hydrocarbures non conventionnels» essentiellement les gaz et huiles de schiste objets de fortes critiques en France, a été adoptée en commission mercredi à l'Assemblée.

Cette PPL, qui sera examinée le 10 mai en séance publique, vise «à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique». L'intitulé a été modifié par un amendement des deux rapporteurs, PS et UMP.

La PPL vise donc expressément la technique de «fracturation hydraulique», qui consiste à injecter des millions de litres d’eau et des produits chimiques dans le sous-sol pour fracturer le schiste et autoriser l’extraction du gaz ainsi libéré, et ce pour tous les types d'hydrocarbures. Cette technique est dénoncée par les écologistes pour sa nocivité pour les nappes phréatiques.

De toute façon la peur n'évite pas le danger (et si le besoin d'énergie devenait crucial nos gouvernants ne se poseraient même pas la question)

Si les lobbies de l'énergie poussent à la roue on sait bien pourquoi pour les profits bien sur, mais nous avons fabriqué un monde capitaliste, difficile de revenir en arrière la crise de 2008 l'a montré, ce n'est pas pour cela que l'on a changé drastiquement nos méthodes en matière de finances (et notamment par exemple la spéculation sur les matières premières au niveau mondial qui profitent toujours au plus nantis en dehors des peuples lambda)

Prenons le nucléaire qui fait peur (plus qu'il ne faut par ignorance) et ce à cause de ce tsunami japonais, si cela n'était pas arrivé, on ne parlerait pas de fermer les centrales nucléaires, quand il a été décidé de passer au nucléaire à la fin des années 60 en France, la notion de danger n'a pas posé de question plus que cela !

On a construit des centrales à tout va !

On a fermé les mines de charbon, importante ressource en France (plutôt que d'étudier les solutions techniques afin de limiter au maximum la pollution émise par cette énergie)

D'ailleurs la lutte contre les pollutions industrielles est peu efficace dans le monde entier du fait toujours des profits !

Maintenant on parle de ce fameux gaz de schiste qui serait présent (en quantité dans le sous sol Français ceci reste "à vérifier")

Alors ne rêvons pas cette loi (une de plus) s'il elle est appliquée et diligentée rapidement parce que nous sommes en périodes électorales n'est faite que pour essayer de calmer les écologistes voir les rassurer?

Mais s'il s'avérait qu'il y ait des quantités importantes dans le sous sol de ce gaz, les ingénieurs des pétroliers trouveraient des solutions pour satisfaire le monde écologique (quand il y a profit, rien ne les arrêtent et l'état suivra en martelant que c'est primordial pour la France et que ce serait une erreur de ne pas le faire !)

LE MONDE DES BISOUNOURS CELA N’EXISTE PLUS !(Si cela a existé…)

(REGARDER NOS POLITICIENS OU DIRIGEANTS DE TOUT BORDS SANS SCRUPULES NI MORALITÉ)

L'HOMME EST AINSI FAIT, IL VEUT LE PROGRÈS AVANT TOUT ET QUAND IL Y A GOÛTÉ, IL NE VEUT PLUS REVENIR EN ARRIÈRE

(HÉLAS ON NE PEUT PAS AVOIR LE BEURRE ET L'ARGENT DU BEURRE !)

16:33 Publié dans ENERGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecologie

vendredi, 22 avril 2011

LES DÉCISIONS SONT TOUJOURS PROBLÉMATIQUES EN FRANCE !

article_nkm.jpg

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, le 27 janvier 2011

Rapport sur les gaz de schiste: les experts en faveur des forages expérimentaux

Le rapport commandé par le ministère de l'Ecologie met en avant l'indépendance énergétique de la France...

Un pas en avant, un pas en arrière. Après la déclaration du Premier ministre François Fillon annonçant une «remise à plat» des permis de forages de gaz de schiste, le rapport d'étape sur les enjeux des huiles et gaz de schiste publié jeudi estime que les réserves du sous-sol français sont colossales et que cette technologie ne doit pas être écartée. Il préconise donc de continuer la recherche, de réaliser des forages expérimentaux sous contrôle et de réformer le Code minier.

«Une évaluation approfondie de la richesse potentielle»

En France pour tous sujets il y a toujours des palabres sans fin LE POUR ET LE CONTRE bien sur mais :

Il ne faut pas être borné, ce n'est pas parce que les américains/canadiens exploitent ces ressources énergétiques comme des « sagouins » qu'il faut que nous le fassions de la même façon ?

Il faudrait déjà savoir si "le jeu en vaut la chandelle" et donc si la quantité espérée est aussi importante que certains le croient !

Car si cela n'est pas le cas, cela réglera le problème !

Car il me souvient que pour le nucléaire en France le gouvernement de l'époque ne s'est pas posé de question, bien que le risque ne France ne soit pas si dangereux, mais cela n'entrait pas en ligne de compte, il y a trente ans, ni pour d'autres pays (à risques sismiques exemple : l'Italie notre voisin)

D'ailleurs, si il n'y avait pas eut le tremblement de terre et surtout le tsunami au Japon on n'en parlerait même pas !

Il serait peut être plus utile de phosphorer pour trouver une méthode d'extraction moins polluante de ces gaz de schiste plutôt que dire non systématiquement, car si un gouvernement quel qui soit juge que cela est utile pour augmenter notre indépendance énergétique il le fera !

Cessons donc cette hypocrisie de plus !

Car pour l'instant, il est de bon ton pour les politiques de dire « non », étant en période électorale, mais ça peut devenir un « oui » après !

17:43 Publié dans ENERGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polemique

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu