Avertir le modérateur

lundi, 23 mai 2011

ATTENTION ! AUX PAROLES D’AVOCATS ET AUX PREUVES MATÉRIELLES NON RÉVÉLÉES

Je sais que cela n’est pas bien de se moquer de ce « pauvre » DSK, mais il n’est pas si malheureux que cela, car il a des moyens importants pour se défendre et qu’en fait toutes les hypothèses fumeuses fusent de toutes part (d’où ce petit dessin humoristique… qui circule sur le net)

Affaire DSK: Pour Benjamin Brafman, «s'il a le droit à un procès équitable, DSK sera acquitté»

Le ténor du barreau new-yorkais a redit son optimisme pour la suite du processus judiciaire visant DSK...

Après son interview au quotidien israélien Haaretz, Benjamin Brafman, l’avocat star de Dominique Strauss-Kahn, s’est adressé directement au public français, via un entretien diffusé au JT de TF1 dimanche soir. Mais la star du barreau est resté cohérent, il n’a rien révélé à la chaîne française et a répété que son client «a bon moral» et qu’il va «se défendre vigoureusement».

Benjamin Brafman, qui était en Israël pour des raisons familiales,  a également dit que DSK, en résidence surveillé à New York, était «bien conseillé par des avocats déterminés à l’innocenter». Il parlait donc de lui-même et de son cllègue, Me William Taylor.

Une petite variante avec l'annonce d'hier ou il disait : DSK «plaidera non coupable et sera acquitté»

Maintenant il dit : «s'il a le droit à un procès équitable, DSK sera acquitté»

Donc ce Mr Benjamin Brafman beau parleur comme tous les avocats est déjà moins sur !

De plus, la foi des enquêtes que nous avons menées nous-mêmes, nous pensons que les accusations vont se révéler fausses», a-t-il ajouté oui peut être ? Mais ce sont leurs enquêtes !

Il me semble que si la police a bien fait son travail suite à la plainte de la victime des examens médicaux ont été fait, je suppose que l'on peut déterminer si après l'acte incriminé, et dans ce cas savoir, s'il y a eut rapport sexuel (après il sera temps de prouver s'il a été consenti ou non) l'ADN des prélèvements relevés devraient répondre à cette question

Si cet ADN "séminal" est celui de DSK le reste devient du BLA-BLA juridique entre avocats de la défense et de l'accusation et hélas une forte présomption de mensonge fait par DSK QUI AURAIT DIT N'AVOIR RIEN FAIT !

samedi, 21 mai 2011

DSK SERAIT-IL « DOUBLE FACE ou PILE OU FACE » COMME LE HÉROS DES COMICS BATMAN

article_dsk-mains.jpg

Libéré sous caution, Dominique Strauss-Kahn a passé tout de même une nuit supplémentaire à la prison de Rikers Island avant de pouvoir rejoindre sa résidence surveillée après la décision du juge du tribunal de Manhattan le 19 mai 2011.

Le langage corporel de DSK «balance entre domination et soumission»

La synergologue Olga Ciesco a analysé les vidéo de la première audience de Dominique Strauss-Kahn à New York et de la deuxième jeudi. Selon cette spécialiste en communication non verbale, «à aucun moment il ne semble abattu».

Que nous apprennent les gestes, les mimiques de Dominique Strauss-Kahn sur son état d’esprit lors des audiences?


Lors de la première audience, il y a des plusieurs signes récurrents. Ses axes de tête, son menton surélevé,  sont autant de signes de supériorité, voire d’agressivité, mais aussi d’écoute vigilante, ce qui n’est pas étonnant. Mais on note par moment des signes de soumission.

Son attitude évolue-t-elle radicalement pendant la deuxième audience?


Au début de la séance, il a une attitude d’écoute plus neutre. Mais dans l’ensemble, son langage corporel traduit la même chose: on voit que c’est un dominant, un puisant qui se trouve dans l’obligation d’écouter et de se taire. Il adopte même une position assez rare qui montre une haute opinion de lui-même. A aucun moment il ne semble abattu, mais montre à plusieurs reprises que son pouvoir et son égo sont touchés

Quels signes forts peut-on retenir?


A la fin de la deuxième audience, il montre des signes de mépris envers le procureur, et se permet même de rompre avec le contrôle qu’il semblait s’imposer jusque là en ponctuant les interventions de ce dernier en faisant «non» de la tête comme pour dire «il raconte n’importe quoi»

Que ce personnage soit complexe, c’est sur, mais delà à le psychanalyser ou l'étudier sous toutes les coutures "à chaud" après l'événement dont il est l'objet paraît prématuré et n'apporte rien de plus sur les faits qu'on lui reproche !

(Au vu de se que l'on sait sur son passé ou plutôt ce que l'on suppose, une analyse psychiatrique ou tout au moins psychologique lui aurait été peut être utile "avant" pour expliquer peut être ses comportements, et lui éviter cet incident déplorable), mais on ne refait pas l'histoire

Il y a dans chaque être humain, un coté obscur qu’en principe chaque individu équilibré arrive à maîtriser, mais la frontière entre les deux est "ténue" et quelque fois, on déborde et l'on "pète les plombs" pour employer un terme populaire « comme la goutte qui fait déborder le vase», cela peut pousser au crime,au suicide etc...

Cela se plaide en justice et peut être que si sa défense ne trouve pas de faille dans l'accusation DSK et ses avocats seront obligés de changer "leur fusil d'épaule"

(Mais faire de DSK un personnage à double personnalité style Dt JEKYLL et Mister HYDE paraît un raccourci trop simple)

Il y a quand même une constante chez tous ces individus nantis aux pouvoirs très importants, c’est du fait de leurs fonctions trop protégées un sentiment de leur part d'impunité et de non crainte de sanction en cas de dérapage (notamment en FRANCE pour les fraudes ou magouilles "en col blanc «politico financières)

Là, ce qui choque plus, c’est que c'est à connotation sexuelle!

11:25 Publié dans POUVOIR | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice police

mardi, 17 mai 2011

ON PEUT COMPRENDRE SON INCARCÉRATION SI TOUT CE QUI SUIT EST VRAI :

article_1705-FRA-DSKAUDIENCE.jpg

Affaire DSK: La presse française se pose une multitude de questions

(LES FRANÇAIS AUSSI.. !)

Il est très très mal DSK ci dessous copie traduction exacte de l'acte d'accusation :

"Le peuple de l'État de New York contre Dominique Strauss-Kahn (M62).

Le tribunal de New York a décidé de maintenir DSK en détention, lundi. Voici les accusations qui pèsent sur lui ( suivant traduction) :

"Le peuple de l'État de New York contre Dominique Strauss-Kahn (M62).

Le détective Steven Lane, matricule 03295 de la brigade de détectives de l'Unité spéciale de Manhattan, constate ce qui suit. Le 14 mai 2011, vers midi, à l'adresse 45 West 44th Street, dans le comté et l'État de New York, la plaignante a déposé plainte sur les chefs d'accusations de :

1. Acte sexuel criminel au premier degré (deux chefs d'accusation)
2. Tentative de viol au premier degré (un chef d'accusation)
3. Abus sexuel au premier degré (un chef d'accusation)
4. Séquestration au second degré (preuve par ADN admise) (un chef d'accusation)
5. Agression sexuelle au troisième degré (preuve par ADN admise) (un chef d'accusation)
6. Attouchement sexuel (preuve par l'ADN admise) (un chef d'accusation)

L'accusé a tenté d'avoir, par la force, une relation sexuelle anale et orale avec une autre personne ; l'accusé a tenté par la force d'avoir des rapports vaginaux avec une autre personne ; l'accusé a forcé une autre personne à un contact sexuel ; l'accusé a séquestré une autre personne : l'accusé a obligé une autre personne à un contact sexuel sans le consentement de cette dernière ; l'accusé a de façon intentionnelle et sans raison légitime touché les parties sexuelles et autres parties intimes d'une autre personne dans le but d'avilir une autre personne et d'abuser d'elle, et dans le but d'assouvir le désir sexuel de l'accusé.

Ces attaques ont été commises dans les circonstances suivantes : le soussigné déclare que le soussigné a été informé par une personne connue des services du procureur que l'accusé a :

1) fermé la porte de la pièce et a empêché la plaignante de quitter cette pièce ;

2) attrapé la poitrine de la plaignante sans son consentement ;

3) tenté de retirer de force le collant de cette personne et de toucher la zone du vagin de force ;

4) forcé la bouche de la plaignante à toucher son pénis à deux reprises ;

5) a pu commettre ces actes en utilisant sa force physique.

Toute fausse déclaration est passible d'un délit de classe A prévu par l'article 210.45 du code pénal."

Original de l’acte :

 

accusationdsk.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu